Les habitants de Lormont ont toujours profité de l’importance des ressources en eau de la commune, que ce soit par sa qualité pour les voyages au long cours, la diversité des sources ou plus récemment, au XIXe siècle, l'organisation communale de l'accès aux lavoirs. La commune en a connu jusqu’à sept pour 4 000 habitants environ au début du XXe siècle. Cinq lavoirs publics ont survécu. Nous vous présentons le plus ancien, le lavoir Blanchereau.

Émilien PIGANEAU historien du XIXe siècle est venu à Lormont pour relever les croquis des principaux monuments et immeubles caractéristiques de la commune afin d'illustrer son ouvrage « Lormont, Archéologie et particularités historiques » paru en 1878.

La société archéologique de Bordeaux a bien voulu remettre aux Amis du Vieux Lormont une copie de ces dessins qu'elle conserve à des fins d'études, dont notamment un croquis du lavoir de la rue du Port, dit lavoir "Blanchereau" en référence  aux propriétaires du XIXe siècle de la maison construite juste au dessus.


lavoir Blanchereau Lavoir Blanchereau, dessin de E. Piganeau, 1872

 

La commune de Lormont a acheté ce lavoir à Monsieur VIDEAU en 1836.
Les dessins connus jusqu'à la découverte de celui de M. Piganeau ne montraient pas la galerie en haut des murs du côté gauche. En fait ce lieu en sous-sol à plus d'un étage au dessous du niveau de la rue est assez étroit.

Dès la fin du XIXe siècle, la commune a organisé l'accès aux lavoirs publics, ici pour le lavage du linge. Or, le fermier responsable de la police d'accès au lavoir était tenu d'assurer aux blanchisseuses un lieu pour égoutter et sécher le linge. Dans cet endroit exigu la galerie de l'étage accrochée au mur sud aéré et baigné de soleil assurait cette fonction. Nous n'avons jamais déterminé avec précision la provenance de la source qui alimente toujours le lavoir, malgré la baisse du niveau des nappes phréatiques et les nombreux travaux en surface dans ce secteur.

Ce qui intrigue surtout, c'est le déversoir en pierre situé entre l'extrémité de la galerie et l'ouverture en arc sous la maison. En effet, l'eau tombant du haut et les éclaboussures dans le bassin et tout autour ne devaient pas aider le travail des lavandières. Pourtant s'il existe c'est qu'il a du être avoir une fonction particulière à un moment donné.

Pour terminé cette description, nous noterons qu'à l'arrière du lavoir se trouve un fossé en creux entre les jardins qui arrive de Lescalle et passe sous la rue Jean Blandin. Il reste encore bien des choses à découvrir sur les passages de l'eau dans le bourg....

 


lavoir BlanchereauLe lavoir Blanchereau aujourd'hui, photo C. Cayla

 

Par N. Archambaud

 

Amis du Vieux Lormont 2015