Classée monument historique en 1925, l'église Saint Martin de Lormont possède le mérite d'avoir gardé intact l'aspect de sa construction, à la fin de la Guerre de Cent ans.

Les marcheurs lormontais connaissent bien la meilleure vue de ce joyau de leur commune, quand après avoir gravi la rue Jean-Blandin, ils contemplent les différentes hauteurs de toit, apprécient l'harmonie de l'abside et, non loin, les frondaisons de la colline, ou s'élevait le château des Archevêques, qui se prolonge par le pont d'Aquitaine.Mais le temps apporte son empreinte et laisse souvent des dégradations en parties dues à l'humidité.
Le trois février 1970, un quart de la voûte  ouest s'effondrait sur des chaises vides, chute attribuée à la faiblesse du pilier sud. Commençait alors une rénovation longue et minutieuse, dont les derniers travaux de remise en état des peintures redonnent à ce monument historique son aspect originel.

Des artistes au service du patrimoine.

Eglise Saint Martin

L'entreprise Cazenave, sous la direction de M. Duru, architecte des bâtiments de France, a entamé dès 1972 la reconstruction de la voûte, ravalé la nef et l'intérieur du clocher en remplaçant de nombreuses pierres salpêtreuses mal posées. Le clocher, perpétuellement fissuré, a été réparé ainsi que sa charpente vermoulue.

Des travaux coûteux de destruction des adjonctions parasitaires du siècle dernier ont suivi dans la resserre à chaises, la salle du catéchisme, le déambulatoire extérieur de l'abside et à l'étage de la sacristie. La face a entièrement été ravalée. Sauf pour le flanc nord, qui conserve son charme romantique, l'extérieur de l'église Saint-Martin de Lormont est le même qu'à la fin de l'an 1500.

La seconde phase de rénovation concernait l'intérieur de l'église, certainement la partie la plus délicate puisqu'il s'agissait du ravalement des murs, de la remise en état de toutes les boiseries et ferronneries très typiques du milieu du XIXème siècle, de la remise en état de toutes les statues, vitraux et peintures. Le soin apporté par tous les ouvriers pour ces travaux a nécessité une méticulosité et une précision particulière pour obtenir les résultats les plus proches des œuvres originales.

 

Après la réfection des murs à la chaux, confiée à l'entreprise Cazenave, la remise en état des peintures a été réalisée par l'atelier Dufon de Latresne. Six mois ont été nécessaires aux deux employées Jeannine Dupuy et Florence Bombillon, pour restituer l'éclat de l'ensemble des peintures murales.

 

Nuances de ton

Eglise Saint MartinUn travail de nettoyage des murs, de consolidation des enduits a précédé une finition à la peinture à l'huile ainsi que la dorure à la feuille de certains motifs. Ce sont ces détails qui donnent toute la complexité et la précision d'une telle restauration. Une nuance de ton, nervures de pierres colorées en saumon, a été apportée pour casser le blanc des murs et les mettre mieux en valeur. La remise en état des statues et des boiseries a nécessité leur démontage complet pour rénovation en atelier.

L'association des Amis du Vieux Lormont a entièrement payé la rénovation du vitrail de l'évêque Saint-Martin. Cette église possède également des fonts baptismaux à double cuve (un pour le bac d'eau bénite et le second pour l'évacuation), le second du même type connu en France existant dans une église de Normandie.

Par H-C. Dubreuil

 

Amis du Vieux Lormont 2015